Temporal Relationships between Nesting Behaviour, Ovary and Oviduct Development during the Reproductive Cycle of Female Budgerigars

Publication Type:Journal Article
Year of Publication:1977
Authors:Hutchison, RE
Journal:Behaviour
Volume:60
Issue:3/4
Date Published:1977
ISBN Number:00057959
Keywords:Fringillidae, Melopsittacus, Melopsittacus undulatus, Psittacidae, Serinus, Serinus canaria
Abstract:The development of nesting behaviour in female budgerigars was observed from nestbox entry until three days after the last egg was laid and correlated with the development of the ovary, oviduct and brood patch. Female budgerigars entered nestboxes eight to nine days (median: 9; range: 8-22) before laying the first egg. Behaviour patterns performed in the nestbox included walking about, looking out of the entrance hole, preening, gnawing the floor and sitting or standing in the nest hollow. After the first egg was laid the females spent 98%-100% of the observation period in the incubation posture sitting in the nest hollow. Males paired with these females began to enter the nestboxes intermittently six days before the first egg was laid. Males entered the nestboxes for short durations throughout the reproductive cycle and did not participate in nesting behaviour. The gnawing behaviour of females provided with hard and soft nesting substrates was compared. The durations of gnawing were approximately four times longer for females with the soft nesting substrate. But there was no difference between the groups in latency to egg-laying, suggesting that gnawing does not play a regulatory role in nesting behaviour. No changes in the brood patch area occurred in females on the first day of nest entry. Defeathering of the abdominal region was first evident six days before the first egg was laid and coincided with the onset of intensive nesting behaviour. Further increases in the rate of defeathering and vascularity of the abdominalthorax and crop regions commenced one to two days before the first egg was laid. Maximum brood patch development occurred after the second egg was laid. The oviducts were small with tubular glands being formed in the magnum region in females on the first and second days of nestbox entry. But, three to four days after entering the nest-boxes, females which showed a daily increase in duration in the nestboxes also showed an increase in oviduct weight with albumen formed in the tubular glands of the magnum region. The temporal relationships between oviduct and ovarian development and nesting behaviour were similar to those of nest-building species such as the canary. Brood patch development was temporally related to incubation behaviour and egg-laying. It can be suggested that the integration of temporal patterning of nesting behaviour and somatic development in a non-nest building species such as budgerigars depends on relatively similar hormonal factors and environmental stimuli to those species which construct a nest. /// Chez des perruches femelles, le développement des conduites de nidification a été observé à partir de l'entrée des oiseaux dans les boîtes à couver jusqu'à trois jours après la ponte du dernier oeuf; ce développement a été mis en corrélation avec celui de l'ovaire, de l'oviducte et des plaques incubatrices. Les perruches femelles entrèrent dans la boîte à couver huit à neuf jours (médian: 9; valeurs extrêmes: 8-22) avant de pondre le premier oeuf. Avant la ponte du premier oeuf les activités effectuées dans la boîte à couver consistaient à marcher à l'intérieur de la boîte, à regarder dehors par le trou d'entrée, à se nettoyer les plumes, à béqueter le sol et à rester assis ou debout dans la cavité du nid. Après la ponte du premier oeuf les femelles passèrent 98-100% du temps d'observation assises dans la position d'incubation à l'intérieur de la cavité du nid. Les mâles accouplés avec ces femelles commencèrent à entrer par intermittence dans les boîtes à couver six jours avant la ponte du premier oeuf. Les mâles entrèrent dans les boîtes à couver pendant de brèves périodes au cours de tout le cycle de reproduction et ils ne participèrent pas aux conduites de nidification. Le comportement consistant à béqueter le substrat a été comparé chez des femelles pourvues de substrats de nidification dur et doux. La durée de cette activité était à peu près quatre fois plus longue chez les femelles qui disposaient d'un substrat doux. Les deux groupes de femelles ne se distinguèrent cependant pas par la latence de la ponte, ce qui suggère que le béquetage du substrat ne joue pas de rôle régulatuer dans les activités de nidification. L'aire de la plaque incubatrice ne subit aucun changement chez les femelles lors du premier jour qui suivait l'entrée de l'oiseaux dans la boîte à couver. Le déplumage de la région abdominale fut observé pour la première fois six jours avant la ponte du premier oeuf et il coincida avec le début d'un comportement de nidification intense. De nouvelles augmentations dans le taux de déplumage et dans la vascularisation des régions de l'abdomen et du thorax ainsi que du jabot commencèrent un à deux jours avant la ponte du premier oeuf. Le développement maximal de la plaque incubatrice eut lieu deux jours après la ponte du deuxième oeuf. Les oviductes des femelles étaient petits et les glandes tubulaires se formèrent dans la région du magnum le premier et le deuxième jour après l'entrée dans la boîte à couver. Cependant, trois à quatre jours après être entrées dans la boîte à couver, les femelles qui montrèrent une augmentation quotidienne du temps qu'elles y passaient manifestèrent aussi une augmentation du poids de l'oviducte et en particulier la formation d'albumine dans les glandes tubulaires de la région du magnum. Les relations temporelles entre le développement de l'oviducte et de l'ovaire d'une part et le comportement de nidification d'autre part étaient semblables à celles que l'on observe chez des espèces qui construisent un nid, comme le canari. Le développement des plaques incubatrices était en relation temporelle avec le comportement de nidification et la ponte. Il semblerait que, chez une espèce qui ne construit pas de nid telle que la perruche, l'intégration de l'organisation temporelle concernant le comportement de nidification avec celle du développement somatique dépend de conditions hormonales et de stimuli externes relativement semblables à ceux qui interviennent chez les espèces qui construisent un nid.
URL:http://www.jstor.org/stable/4533804
Short Title:Behaviour
Scratchpads developed and conceived by (alphabetical): Ed Baker, Katherine Bouton Alice Heaton Dimitris Koureas, Laurence Livermore, Dave Roberts, Simon Rycroft, Ben Scott, Vince Smith